Lectures du mois d’Octobre

IMG_20151031_144820

En ce dernier jour du mois, je reviens comme ces derniers temps pour vous parler de mes lectures.

Je n’ai pas autant lu que ce que j’aurais voulu pendant les vacances, car la semaine chez ma mère, j’ai beaucoup crocheté pour faire un doudou en une semaine. Et qu’au final nous avons beaucoup bougé, et sans la Kobo, le soir je n’avais pas de lampe de chevet pour lire dans le lit (il faut que je pense à acheter une lampe frontale pour y remédier).

J’ai donc lu deux livres ce mois-ci, c’est peu, mais il y en a un de 600 pages et je n’ai pas lu de façon régulière, car je pouvais lire 100 pages par jour le week-end, mais être trop épuisée la semaine pour dépasser un chapitre, ou même ouvrir le livre, sans compter les sorties au théâtre.

Le premier livre que j’ai lu ce mois-ci est Le sourire de l’Ange d’Emilie Frèche. L’histoire d’un jeune juif Israélien qui arrive à Mulhouse pour vivre chez son grand-père suite à la mort de ses parents. Il va découvrir que le racisme est aussi présent, et qu’il vaut mieux cacher sa religion. Son grand-père n’aidant pas beaucoup. Il se reposera sur ses amis qu’il se fera au lycée, Mélik et Leïla deux jumeaux.

Le second est 1Q84 tome 3, d’Haruki Murakami. J’ai enfin fini la saga des 1Q84 et j’en suis contente, j’ai enfin pu le dénouement de l’histoire entre Tengo et Aomamé dans ce monde qu’est 1Q84. J’avoue que les chapitres sur Tengo et Aomamé se lisaient facilement, mais par rapport aux deux tomes précédents, ce livre s’alternait avec trois personnes, Ushikawa un homme chargé de mener son enquête afin de retrouver Aomamé.

Voilà mes lectures en livres, après j’ai réussi à lire deux nouvelles chez ma mère avec ma tablette et l’application Kobo.

  • De l’autre côté du miroir  de Céline Mancellon: Une histoire d’amour et de réincarnation entre un couple n’ayant pas pu vivre son amour au départ. Assez sympathique, qui se lit facilement, même si parfois on devine les choses.
  • Chloé, Constance et Jane Austen de Marie Vareille. Franchement j’ai été déçue, c’est ultra court, deux parties, je m’attendais à quelque chose de développé mais rien, je suis littéralement resté sur ma faim. Du coup je n’en parlerais pas plus. En regardant sur Babelio, il est indiqué qu’il s’agit d’un préquel d’un livre ce qui peut expliquer cela.

La suite, le mois prochain.

Publicités

Tri dans ma bibliothèque

P1010644-pola

Non, vous ne rêvez pas, je parle bien de faire du tri dans ma bibliothèque, ce qui peut être difficile pour moi.

Tout a commencé lorsqu’un soir, je me promenais sur Hellocoton, dans la partie Ecologie, j’ai vu un blog ou la personne parlait de tri chez elle, dont sa bibliothèque et qu’elle avait revendu une partie de ses livres. Je me suis dit on va regarder comme ça on ne sait jamais. J’ai donc regardé un peu partout (car il y a des livres qui trainent dans mon appartement) et j’ai fait un tas de livres qui ne me servent pas, en crochet, tricot par exemple, j’avais acheté des livres au début, mais qui s’avèrent être bof au final et dont je ne ferais rien. J’ai aussi pris mes livres pour le concours de professeur, étant titulaire maintenant cela ne me sert plus (et je ne les ai pas ouvert pour certains…) donc autant qu’ils servent à quelqu’un. Pareil pour mes livres de cuisine, je ne les ouvres quasi pas, sauf les Tupperware ou les Guy Demarle, j’en ai donc sélectionné que je n’avais jamais utilisé, et hop dans la pile, un manga, des DVD (encore sous blister pour les Glee), des jeux vidéos auxquels je ne joue plus (sauf mon Mario ça se vend pas Mario). Et me voilà à passer ma soirée à essayer de revendre mes affaires.

J’avais l’option ebay, Priceminister, mais je voulais vider mon appartement, ne pas gérer X envois j’ai donc testé des sites spécialisés, pour lesquels on entre le code barre, et indique par la suite, si le produit est accepté ou pas, ainsi que le prix de reprise.

  • Momox.fr : il ne fait que racheter sur le site, mais revend après sur Amazon, Priceminister… L’envoi du colis après se fait sur Leipzig en Allemagne, mais l’avantage, les frais d’expédition sont pris en charge par le site, donc le prix estimé au total de rachat est celui au final qui sera versé sur le compte (sauf problème observé à la livraison, comme un produit non conforme aux règles).
  • Gibert Joseph : même principe on y revend, on nous propose une somme, mais après au moment de finaliser la transaction surprise, il faut choisir le mode de livraison, soit on peut déposer les livres dans un boutique (gratuit), il y en a une sur Dijon, mais je n’ai pas envie de faire 160 km aller-retour pour déposer des livres, donc j’ai choisi l’expédition, et la j’ai vu ma cagnotte amputée d’une dizaine d’euro en choisissant Mondial Relay, un peu plus par la poste. Mais il y a après plusieurs modes de payement : une tirelire chez le bouquiniste, qui rapporte un peu plus mais oblige à acheter chez Gibert Joseph, ou versement sur le compte bancaire, ou Paypal.
  • Amazon rachète : Même principe, sauf que l’argent est un bon d’achat sur Amazon, hors je ne suis pas une grosse consommatrice sur Amazon, j’y a donc vendu que ce qui y était repris et que les deux autres sites ne me rachetaient pas. J’ai pu profiter des derniers jours de ce service, car il a pris fin le 31 août. Avantage, il n’y a pas de frais d’expédition, Amazon les prends en charge.

Au final, je suis contente d’avoir fait un peu de vide dans mes affaires, cela m’a permis de libérer de la place dans mes étagères sans avoir à essayer de refourguer cela en cadeaux. Souvenez-vous de la box de livre Once Upon a Book, je n’avais eu que des déceptions, le roman, au final j’avais fini par l’offrir à une amie pour m’en débarasser. Les autres j’ai réussi à en revendre un sur ces sites, les autres sont toujours sur mes bras, mais je ne désespère pas, ils finiront bien par partir, d’ailleurs en regardant un est rachetable sur momox actuellement.

Lectures de Septembre

Me voici pour les lectures du mois, qui sont moins nombreuses du fait de la reprise des cours, et j’ai 13 heures d’enseignement réparti sur le lundi et le mardi, autant vous dire que ça fatigue. Je suis contente du coup d’avoir mon mercredi pour me reposer.

Voici les livres que j’ai réussi à lire ce mois-ci :

  • Le temps vieillit vite, Antonio Tabucchi. Un recueil de 9 nouvelles sur le temps qui passe. J’avoue je n’ai pas tout compris, rare sont les nouvelles qui m’ont marquées et que j’ai réussi à lire consciencieusement. Je ne saurais trop quoi dire dessus.
  • Le flûtiste invisible, Philippe Labro. Ici aussi, ce sont trois histoires présentées dans le livre. Dans chacune d’elles, le destin est intervenu dans la vie des protagoniste. J’ai eu plus de facilité à le lire du coup, voulant savoir ce qu’il allait se passer. J’ai juste eu du mal avec les fins des histoires où l’auteur revient sur lui, ce qui m’intéressait au final c’était l’histoire de la nouvelle plus que ce qui allait autour. Je ne sais pas si c’est compréhensible, il faut le lire pour me comprendre ^^
  • Un goût de cannelle et d’espoir, Sarah McCoy . Mon coup de cœur ce mois-ci. J’ai mis un peut de temps à le lire, mais parce que je savais qu’il me fallait du temps devant moi pour pouvoir le lire, car une fois ouvert c’était difficile de m’arrêter, si bien qu’a la fin j’ai lu quasi d’une traite la centaine et quelques de pages qui me restait. Le soir avant de me coucher c’était donc dur de faire le choix de lire et être écœurer de le fermer ou ne pas lire et me coucher. Ici, on retrace la vie d’Elsie, une femme allemande. On suit son adolescence lors de la fin de la seconde Guerre Mondiale, et la fin de sa vie aux Etats-Unis. On y découvre ce qu’elle a fait pendant la guerre et elle intervient également sur la vie de Reba, une journaliste qui était venue l’interviewer pour un article sur les fêtes de Noël à l’étranger.  Entre également les problèmes de migration à la frontière Mexicaine. J’ai beaucoup apprécié ce livre, en plus cela parle de nourriture, puisque Elsie et sa famille sont boulanger. Et en prime à la fin il y a des recettes de gâteaux, qui me parlent très bien de par ma région natale et de la proximité avec l’Allemagne.

Et voilà pour ce mois-ci, trois livres mais la fin du mois a été riche pour moi par rapport aux deux premiers livres. Me voilà repartie pour un mois, encore sur un livre parlant de la religion juive, mais qui est plus d’actualité.

Ma première rentrée en tant que titulaire

Je vais vous parler un peu de mon boulot pour une fois.

trousse

Cette année, c’est ma première grosse rentrée, ma seconde dans ma vie de prof, mais celle-ci n’a rien à voir par rapport à celle de l’année dernière puisque je suis TITULAIRE ! Je vois les nombreux avantages de cette situation en voici une liste :

  • Pas de semaine à titre gracieux à l’ESPE à faire, fini l’année avec que 9 heures devant tes élèves à mentir sur tes absences sur le reste de la semaine :

 » Le mercredi jeudi je suis dans un autre établissement, mais jeudi-ci je peux vous prendre pour déplacer les heures de cours parce que je n’ai rien dans l’autre établissement  » oui c’est foireux.

  • Mes élèves se poseront aussi moins de question, va expliquer à ta classe que t’es inspectée en octobre, février et avril… (Bon heureusement j’avais deux classes, j’ai eu une visite conseil avec chacune des classes, et celle de titularisation avec celle qui a eu la première visite en octobre)
  • Pouvoir faire des heures supplémentaires librement, de l’accompagnement personnalisé avec mes élèves, car avouons-le, l’année de stage, ben tu ne peux rien faire, même quand ton formateur académique te dit que tu n’as pas le droit aux heures sup’ annuelles, mais que tu peux pour les éventuelles, et qu’après le rectorat dit non on ne paye pas… ben ton chef d’établissement lui il vient et te dit :  » Arrêtez, on ne peux pas vous payer on ne veut pas que vous fassiez du bénévolat « . (Bon j’ai réussi à faire l’organisation du CAP candidat libre c’est déjà ça).
  • Pouvoir avoir une note administrative décidé par le proviseur, l’année dernière, il a voulu l’augmenter,. Le rectorat, une fois encore, a dit non, stagiaire tu peux pas :D.
  • Faire du tutorat auprès des élèves, car une fois encore, on peut pas me payer pas possible, alors le proviseur à partir du mois de mars, me disait ben non pas cette année, l’année prochaine ! Je m’en suis faite une raison.

Oui car je fais partie des rares chanceuses (et chanceux) qui ont pu être titularisé dans le même établissement que celui où l’année de stage a été effectué, c’est mon choix j’en ai été ravie.

J’avais donc cet avantage le jour de la pré-rentrée, par rapport aux autres néo-titulaires arrivant dans mon établissement, de connaître mon équipe pédagogique, les collègues du secteur général, le fonctionnement du lycée…

Je suis contente aussi parce que outre le fait de passer de 9 heures / semaines, je passe à 20 heures, 21 heure en comptant l’Accompagnement personnalisé, mais je suis aussi professeur principal des secondes. Je vais avoir la joie de les aider à trouver des stages, à passer une tonne de coup de fil parce qu’ils n’arriveront pas à en trouver ça me réjouis d’avance -mais ça m’énervera bien assez tôt à mon avis :D-.

Je suis heureuse de retrouver en ce début d’année, mes élèves de l’année dernière et d’en découvrir des nouveaux/nouvelles.

L’ambiance n’est d’ailleurs pas la même entre les secondes et les terminales, les unes sont bruyantes, même si elles travaillent, les autres sont tout jeunes et calmes, encore un peu intimidé par l’établissement, surtout pour ceux qui arrivent dans l’établissement (car certains étaient déjà présent l’année dernière dans l’établissement).

Mes lectures d’Août 2015

Je reviens ce mois-ci pour faire un point de mes lectures mensuelles, car oui j’ai encore lu, moins de livres certes, mais j’ai passé moins de temps à lire, j’ai un peu plus crocheté et tricoté ma main ayant récupéré à 100%, plus de fils qui tirent… et j’ai un peu travaillé.

IMG_20150831_213551

J’ai donc lu :

  • Le complot contre l’Amérique, de Philip Roth (Ebook). On pourrait croire à un livre autobiographique, l’enfance de Philip Roth lors de la seconde Guerre Mondiale. Oui, mais non, ce n’est pas Roosevelt qui est président mais Charles Lindbergh (un aviateur). Il y expose une Amérique, où même être juif est mal vu, Lindbergh ayant sympathisé avec Hitler. Des lois sont créées pour casser les quartiers majoritairement juifs par exemple. Malgré cela, l’histoire n’est pas totalement inventée, puisque Philip Roth reprend des faits existants. En fin de livre, on retrouve une quarantaines de pages des explications, des biographies des personnes … pour se remettre au frais avec les évènements réels. J’avoue que j’ai eu du mal à le lire, je n’ai pas forcément accroché au style, car il parle d’une chose puis reviens sur un fait passé, explique des faits qui ne ce sont pas encore déroulés. Ca me perturbes, surtout en lisant ça avant d’aller me coucher, du coup les chapitres étaient tellement longs que je coupais en fin de paragraphe. Cela ne m’aurait peut-être pas dérangé si j’avais bien accrochée;
  • La mécanique du cœur, Mathias Malzieu. Je suis contente de l’avoir enfin fini, car il a trainé longtemps sur mes étagères, j’ai du le commencer deux fois sans le terminer. Mais après avoir vu le dessin animé l’année dernière qui était magnifique, il fallait que je le lise et que je retombe dans cet étrange environnement, entre Madeleine, qui répare les gens, dont le cœur du petit de Jack qui était gelé à la naissance. Jack vit alors avec une horloge rythmant les battements cardiaques mais doit faire attention à ne pas tomber amoureux. C’est sans compter une petite Andalouse du nom de Miss Acacia.
  • J’adore New-York, Lidsay Kelk (e-book). Que feriez-vous si vous découvrez le jour du mariage de votre meilleure amie que votre copain vous trompe et que les mariés étaient au courant ? Angela elle, décide de quitter l’Angleterre pour aller à New-York se changer les idées. De la elle va rencontrer Jenny, réceptionniste qui va l’aider à reprendre sa vie en main. Il se lit assez facilement, un peu de légèreté ne fait pas de mal parfois.
  • Ce que je peux te dire d’elles, Anne Icart. Blanche apprend que sa fille Violette vient d’accoucher. Après des années sans contact avec sa fille, Blanche décide d’aller la voir à Paris et espère que ce petit-fils puisse renouer les liens entre elles. Car un garçon, il n’y en avait pas eu depuis longtemps dans la tribu-famille constituée de sa mère et des deux cousines de sa mère. On voyage ici dans la vie de Blanche qui narre la vie de cette petite tribu avant sa naissance, jusqu’à son départ pour voir sa fille. J’ai bien apprécié lire ce livre, et on plonge  dans l’univers de la mode un peu, puisque l’une des cousine a sa propre maison de couture, dans laquelle Blanche va travailler.
  • L’occupation, d’Annie Ernaux (E-book). L’auteure nous raconte sa vie lorsque son ex, qu’elle a quittée, lui annonce qu’il a quelqu’un dans sa vie. Elle va alors tout faire pour essayer de trouver de qui il s’agit. J’ai un peu moins adhérer que Une femme mais il se lit assez rapidement ce qui a sauvé ma lecture.
  • La liste de mes envies, Grégoire Delacourt. Jocelyne, mercière, gagne au loto et s’imagine ce qu’elle peut faire avec les 18 millions et des broutilles qu’elle a gagné. Très sympathique a lire, j’ai résumé le livre à ma mère, en racontant la fin, de toute façon elle ne le lira pas et d’ici que le film passe à la télé on a le temps.
  • Une chanson pour Ada, Barbara Mutch (E-book). Dans l’Afrique de l’Apartheid, Ada grandit auprès de son Maître et de sa Maîtresse. Elle va avoir un enfant, de son maître et par trahison envers sa maîtresse, elle quitte le domicile pour s’exiler dans les quartiers noires chez sa tante. Mais le problème, le bébé est métis, et dans ce monde cela est mal vu. Elle va toutefois s’endurcir pour élever cet enfant à la peau claire que cela plaise ou non. Cathlyn, ne comprend pas la disparition d’Ada du domicile et va tout faire pour la retrouver. C’est un très beau roman, 427 pages, mais qui est plaisant à lire, étant un e-book je le lis avant de me coucher et j’ai pu le lire jusqu’à 1 heure du matin sans problème, me forçant à arrêter pour aller me coucher.
  • L’amour sans le faire, Serge Joncour. Contrairement au précédent, que j’ai lu en parallèle, j’ai eu plus de mal, je m’endormais en lisant l’après-midi. (Ce n’est pas pour autant que le livre est mauvais, juste qu’à lire deux livres si l’un est moins attirant que l’autre c’est plus compliqué du coup à lire, cela dit je trouve qu’il est assez long à s’installer, j’ai accroché dans la dernière partie). L’histoire tourne autour de Louise, mère célibataire, qui a choisi de laisser son fils à ses anciens beau-parents, et de Franck, le fils ainé de ces derniers. Tout  tourne autour d’Alexandre, le frère, fils et compagnon, mort bien trop tôt qui laisse des cicatrices dans cette famille bien étrange.
  • Les gens sont les gens, Stéphane Carlier. Un petit livre bien sympathique à lire qui redonne du peps à la vie. Nicole, 57 ans est psychologue, sa vie de couple n’a rien de trépidant, et est même exaspérante, son métier l’ennuie si bien qu’il lui arrive de piquer du nez en consultation. Un jour en se rendant en Bourgogne chez une de ses ancienne voisine, elle vit un petit cochon enfermé dans le but de l’engraisser pour le manger. Cette rencontre va changer beaucoup de choses par la suite. Il se lit très bien, en plus il n’est pas très long quand on veut lire un livre assez vite c’est un bon choix.

Cela fait donc un total de 8 livres, de toutes tailles, et dans mon défi d’en lire 11 dans une sélection de 13 de mal PAL et bien c’est fait, j’en aurais même lu plus du coup avec les e-book. Je suis en train de lire le 12ème qui ne tardera pas à être terminé, il sera donc dans la liste de septembre.

Notons aussi que lorsque j’indique E-book c’est pour indiquer le format dans lequel j’ai lu le livre, ils sont aussi disponibles en papiers bien souvent, c’est que j’ai par facilité acheté en numérique et que les prix étaient intéressants, ou qu’il y avait des promotions dessus.

Je vous parlerais prochainement de ma solution pour combler mes envies littéraires sans trop me ruiner (bon il n’y aura rien d’extraordinaire hein mais j’ai envie d’en parler);

Point lecture

Aujourd’hui je vais vous parler de mes lectures du moment.

Je me suis dit qu’il fallait diminuer ma pile à lire un peu, et j’y ai sélectionné 13 livres (bon j’avoue pas les plus gros comme mes Murakami). J’ai décidé d’en lire au maximum au cours de cet été (sachant qu’il faut préparer les cours pour la rentrée, que j’ai beaucoup de tricot à faire aussi).

J’ai donc commencé ce premier mois à lire, et j’ai beaucoup lu il faut avouer, car le soir, ma lampe de chevet ayant rendu l’âme, je lis des livres en plus sur ma Kobo pour la vider aussi un petit peu.

Livres

Dans l’ordre, j’ai lu :

L’analphabète qui savait compter ; de Jonas Jonasson. L’histoire de Nombeko, qui est née à Soweto. Comme la plus part des habitants de son ghetto, elle ne sait pas lire mais présente une prédisposition naturelle avec les chiffres et le calcul. Elle apprendra toutefois à lire, aidera à la création de bombes atomiques, et finira propriétaire involontaire d’une d’entre elle en Suède.

J’avais déjà lu Le vieux qui ne voulais pas fêter son anniversaire il y a quelques temps (puis vu le film en VO aussi qui lui m’a un peu déçue). L’histoire ici est moins rocambolesque que le premier livre mais j’ai beaucoup apprécié de le lire.

Ils ont laissé papa revenir ; de Toni Maguire. Il s’agit de la suite de Ne le dis pas à maman, où l’auteure parle de son adolescence suite au retour de son père au domicile familial. ce genre de livre n’est pas simple à lire de par l’horreur qu’à subit l’auteur, mais aussi fait réfléchir en voyant que les gens se détournent ou font comme si de rien était face à l’inceste.

Lignes de vie ; de Samantha Bailly (e-book). Beaucoup plus léger que le livre précédent, il s’agit d’un échange de lettre entre un homme et une femme dont l’histoire commence par une lettre déposée par Antoine dans une boite au lettre malgré le fait que cela puisse paraître étrange. Toutefois, Gabrielle décide de jouer le jeu et d’y répondre, s’en suit une correspondance ainsi que des rencontres.

Imitation – Une parodie ; The Harvard Lampoon (e-book). Une parodie de Twilight ou tout est exagéré, l’héroïne qui se persuade dès le départ que son bellâtre est un vampire. Ayant lu le premier tome en anglais de la série, on y retrouve les évènements marquants, certaines choses sont modifiées ou absentes aussi, mais tout est décalé et cela n’est pas mal et se lit facilement le soir avant d’aller se coucher.

Je vais mieux ; David Foenkinos. C’est le cinquième livre que je lis de cet auteur et j’ai hâte que Charlotte sorte en poche. Ici le livre présente un père de famille qui du jour au lendemain se met à ressentir de vives douleurs au dos, qui interfèrera avec sa vie familiale mais aussi professionnelle. Cela montre que toutes les douleurs ne peuvent pas avoir que des origines physiques, mais peuvent signaler bien d’autres choses.

Les nécrophiles anonymes ; Cécile Duquenne (E-book). Je n’ai lu que le premier tome pour le moment je n’ai pas acheté la suite. Il s’agit d’une histoire policière où les enquêteurs sont des loup-garous, un vampire, un responsable de morgue et son collègue à la retraite. Ils vont enquêter sur la mort de 4 employés de la morgue dans une ruelle lors de la fin de leurs services.

Amoureuses anonymes ; Jo Piazza (e-book). Les ruptures sont toujours difficiles à gérer, surtout pour la personne quittée. Cette dernière peut alors passer son temps à pleurer son amour perdu, voir même a lui faire des vacheries sous l’effet de la colère. Mais ne serait-il pas plus simple de passer à autre chose en s’aidant mutuellement en copiant le principe des alcooliques anonymes ?

Complètement cramé ! ; Gilles Legardinier. J’avoue je craque sur ses couvertures colorées, et avec de beaux petits chatons. Ici nous voyons l’histoire de Andrew Blake, un chef d’entreprise anglais qui décide de se changer les idées en devenant major d’homme dans une résidence française. De la il va découvrir des personnes singulières vivant dans le manoir, une propriétaire qui ne sort jamais de chez elle, une cuisinière qui n’aime que son chat, une jeune femme de ménage, et un homme à tout faire qui vit dans sa maisonnette sur le terrain.

Poison ; Sarah Pinborough (E-book). Une version singulière de Blanche-Neige où tout n’y est pas si rose que dans l’histoire que l’on connait même si le principal est présent, mais ne se passe pas forcément comme on le connait. Cela change et ce n’est pas mal de découvrir nos contes d’enfant sous un autre aspect.

Prédatrice, Alissa Nutting. Céleste, jeune professeur à tout pour elle, elle est belle, mariée à Ford, un fonctionnaire de Police et font la famille dispose de moyens financiers. Mais sa vie ne la satisfait pas Ford n’est la que pour la combler financièrement, ce qui l’attire ce sont les jeunes adolescents prépubère et encore innocent sur la sexualité. J’ai compris la petite note sur la quatrième de couverture en lisant le livre qui disait que personne ne doit savoir à quel point le livre a été aimé, cela provient du grand nombre de scènes de fantasme et d’ébat présent au sein du livre.

Petit suicide entre amis ; Arto Paasilinna (E-book). Que se passe-t-il lorsque deux suicidaires se rencontrent au moment où ils décident de mettre fin à leurs jours ? Ils sympathisent et en viennent à se dire que d’autres dépressifs sont dans le même cas qu’eux et qu’il faut se réunir et pourquoi pas réaliser un suicide commun qui aura un effet bœuf. Il faut aimer les noms finlandais ce n’est pas toujours simple au début à lire, mais on s’y habitue. On m’avais conseillé le livre lorsque j’avais parlé de Le magasin des suicides et je ne regrette pas ma petite lecture, même si du coup je me doutais un peu de la fin.

Chers voisins 2 ; Anonymes (E-book). Un recueil de petits mots pas toujours très doux laissé à la vue des voisins et autres yeux en mal de lecture. De quoi se détendre et rire un peu avec les formulations parfois très poétiques des différents protagonistes.

Une femme ; Annie Ernaux (E-book). L’auteure nous parle de sa mère et de sa vie après le décès de celle-ci. Cela m’a fait pensé à ma mamie qui a fait un AVC l’année passé et qui même si n’a pas de séquelle physique, à changée, en devenant méchante par moments, n’en faisant qu’à sa tête, devient quelque fois paranoïaque en disant qu’on lui fait des cachotteries. Ce qui m’a fait penser à cela, est un accident qu’à eu la mère d’Annie Ernaux où elle s’est fait percuter par une voiture et a eu des lésions au cerveau, et qui l’a changé mais aussi un Alzheimer qui est arrivée par la suite. Je me dis que le cerveau est une bien étrange machine et qu’un problème même minime peut modifier pas mal de choses.

La mort est une garce ; Baptiste Beaulieu (E-book). Il s’agit d’une nouvelle, que je dois avouer a eu du mal à suivre, peut-être parce que j’étais un peu fatiguée en le lisant, et pas vraiment dedans. On y retrouve un médecin légiste à la fois lors de ses études et des dissections qu’il réalise pour apprendre, mais aussi lorsqu’il est lui-même devenu un cadavre sur une table d’autopsie. En temps normal ce genre de transition ne me pose pas de problème mais la j’ai eu quelques difficultés à comprendre ce qu’il se passait. Il faut dire ce que format court fait que l’on change de période entre chaque paragraphe et non chaque chapitre comme avec un roman plus important du coup.

Mon enfant de Berlin ; Anne Wiazemsky (E-book). L’auteure raconte la vie de sa mère Claire Mauriac lors de la seconde guerre mondiale et son attachement à la Croix Rouge Française qui lui a permis de rencontrer son père Yvan / Jean Wiazemsky, un prince russe qui a quitté son pays lors de la révolution pour arriver en France et devenir français et combattre sous les couleurs de cette nouvelle patrie à la guerre. J’avais ce livre depuis un bout de temps dans ma Kobo, et donc n’avais plus le synopsis en tête, et je n’ai compris qu’en terminant que l’auteure parlais de ses parents (la liseuse ne me montre pas la couverture et le nom de l’auteur quand je referme l’étui). Je suis un peu nouille parfois xD.

Jours sans faim ; Delphine de Vigan. Un petit livre qui se lit facilement, traitant de l’anorexie et du combat contre cette maladie mentale, même si ici, le personnage centrale accepte d’elle même de se faire soigner et le traitement, elle montre qu’il n’est pas toujours simple de laisser cette maladie de côté.

Voilà pour mes lectures achevées en un mois (j’avais commencé mon petit défi personnel au 27 juin), je suis plutôt fière de moi. La quantité lue chaque jour n’est pas la même mais j’essaye de lire quelques pages chaque jours tout de même, surtout que j’ai déjà plein d’autres livres à lire qui m’attendent, que je possédais déjà avant le début pour certains, qui ont été acheté après pour d’autres. (La lecture est une drogue saine, j’en profite, même en attendant de me faire opérer au service ambulatoire, j’avais mon livre dans les mains, enfin dans ma seule main éveillée.

[Tricot] Le Cerise Top

Aujourd’hui je vais un peu vous parler de mes activités de tricot pour changer un peu.

Il y a de cela quelques semaines, en rentrant du lycée, j’ai vu sur Facebook une annonce de Madlaine, cherchant des testeuses pour un petit haut bien sympa pour la créatrice Xiaowei. J’ai aimé le modèle, le chalenge pour moi était bien sympa j’ai donc décidé de me lancer et de proposer ma candidature qui a été acceptée.

Suite à cela, j’ai reçu le patron, commandé ma laine chez Madlaine, 5 pelotes de Fonty Bohème en violet que j’ai reçu assez rapidement puisque commande faite le mardi, reçue le samedi.

J’ai ensuite attaqué mon échantillon, et en aiguille 4 comme recommandé, c’était trop petit, donc j’ai testé en 4.5 et là c’était bon. j’ai donc pu attaquer mon petit tricot, j’ai ainsi appris a monter des mailles provisoires, faire des rangs raccourcis et j’ai fait mon petit tricot doucement et surement. J’ai aussi rallongé le tricot, comme je suis grande ça aurait été un peu juste et pour le mettre au lycée il faut quand même qu’il soit couvrant ^^ (je ne met pas des hauts qui montrent le bas de ventre ou nombril comme mes élèves…).

Voilà la merveille :

20150603_163954 20150603_164009

11288040_417475078439141_2039989147_n

Sinon bonne nouvelle, le patron est disponible sur Ravelry et ceux gratuitement, on dit merci à Xiaowei pour le joli modèle et le beau cadeau ! Et on fonce pour le faire. C’est par ici que ça ce passe : Cerise Top