Le crime du comte Neuville – Amélie Nothomb

Je lis beaucoup d’Amélie Nothomb, quasiment tous même (je dis ça car il y en a qu’elle a écrit à ses débuts que je n’ai pas lu et qui ne me tentent pas).

Je vais donc parler ici du dernier tombé de mes main : Le crime du comte Neuville.

Résumé : Ce qui est monstrueux n’est pas nécessairement indigne.

J’ai envie de dire que ce résumé, est aussi court que le livre. J’aime bien l’écriture d’Amélie Nothomb, mais pas ses livres qui sont trop court et très cher. (Ici, le poche est à 6,40 € pour 150 pages à peu près, et encore parce que les marges sont larges, les interlignes en 1,5 ça aide car je peux lire des livres aussi longs, mais où j’ai plus à manger… C’est d’ailleurs une des raisons qui fait que je n’acchète plus ses livres en neuf mais d’occasion).

L’histoire, une jeune fille noble, décide de dormir dans la forêt et se fait recueillir par une voyante. Cette dernière va faire une prédiction au père lorsqu’il vient récupérer sa fille. Il prétend ne pas y croire, mais cela va longuement le travailler.

En si peu de pages, nous pouvons nous douter que l’intrigue va tourner autour de cette prédiction, et malgré la tournure donnée à l’intrigue, il n’était pas très difficile d’en deviner la fin de l’histoire malheureusement.

Il me reste encore quelques Amélie Nothomb à lire dans ma PAL, mais cela sera doucement mais surement, surtout s’ils ne dépassent pas la soirée de lecture…


Publicités

Retour – Mes lectures de novembre 2015 à décembre 2016

P1010644-pola

Bonjour à toi, lecteur de passage sur ce blog un peu vide de contenu ces derniers mois. J’essaie de publier, je prévois des articles, met en brouillon mais ne publie pas au final.

Parfois le temps me manque, le travail étant prioritaire mais j’essaie et j’ai envie de poursuivre et reprendre cette aventure. Ainsi, je vais essayer (mais je ne promet rien) de reprendre cette histoire. Il ne sera plus forcément question de Bento, mais de petits riens, des livres que j’ai aimés, lus, de mon boulot qui m’occupe également une grande partie de mon temps. Parfois de la vie en générale. Je partagerais peut-être un peu de mes vacances en Australie, en février 2019.

Voici un premier point sur mes lectures depuis le dernier fait. Ayant eu plusieurs années de passées, je vais le faire année par année pour plus de simplicité, celui-ci est donc le premier d’une petite série de trois articles.

Novembre 2015 :

  • Terre des oublis de Duong Thu Huong, je n’ai pas terminé le livre il a fini de côté et je n’ai pas eu le courage de le reprendre. Je me souviens qu’au matin du 14 novembre j’ai envoyé un SMS à ma cousine, et ne pouvant me rendormir je lisais ce livre.

Décembre 2015 :

  • Dehors la vieille ! de Géraldine Dubois (E-book). Le livre parle d’un groupe cherchant à éviter l’expulsion d’une mamie de son appartement.
  • Parce que c’était nous de Mhairi McFarlane (E-book). Deux amis de fac qui étaient inséparables à l’époque qui finissent par se retrouver quelques années plus tard.
  • Le liseur de Berhnard Schlink (E-book). Je ne dirais rien dessus, juste à lire.

Janvier 2016 :

  • Nuit de Noël à Friday Harbor de Lisa Kleypas (E-book).
  • Je vais bien, ne t’en fais pas d’Olivier Adam. Après avoir vu le film, j’ai voulu lire le livre afin de le comparer et voir le texte original et non me contenter de l’adaptation cinématographique qui en a découlé.
  • Thanatos, de Ryû Murakami. J’avoue je ne l’ai pas fini, il est en suspend depuis, mais je le terminerais, l’univers de Ryû Murakami est sombre, sexe, drogue… et le fait que j’ai lu les deux premiers tomes il y a bien longtemps n’aident pas.

Février 2016 :

  • La saveur du printemps d’Emilie Richards (E-book). Un groupe de femmes qui s’entraident et créent un espace loin de tout pour permettre aux femmes en difficultés et battues de s’en sortir et commencer une nouvelle vie.

Mars 2016 :

  • Dans le café de la jeunesse perdue, de Patrick Modiano (E-book). Comme pour Le liseur, c’est un livre à lire. J’ai eu la surprise quelques mois plus tard en surveillant une épreuve du CAP Français de voir que c’était sur ce texte que l’élève que je surveillait devait composer.

Avril – Mai 2016 (les dates n’ont pas été noté dans mon cahier) :

  • Saignant où  point, de Cédric Dassas (E-book). Un médecin qui raconte des anecdotes sur son travail aux urgences.
  • Petites recettes de bonheur pour moments difficiles, de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan. Deux femmes qui correspondent pendant la seconde guerre mondiale et s’aident à surmonter les épreuves par leurs écrits. La petite histoire, c’est que dans ma boulimie d’achat de livre, j’ai fini par l’acheter en double.

Juin 2016 :

  • Ce peut pas rater de Gilles Legardinier. J’avoue je n’ai plus trop de souvenir et j’ai la flemme de chercher le synopsis sur internet.
  • Ne lâche pas ma main, de Michel Bussi. Une famille en vacances, la mère qui disparaît et le père en fuite est accusé, une traque s’en suit pour le retrouver.
  • Si j’ai bonne mémoire, d’Anne Icart (e-book). La suite de Ce que je peux te dire d’elles, une fois que Violette a repris contact avec sa mère.
  • La fractale des raviolis, de Pierre Raufast. Difficile de raconter l’histoire, tout part d’une vengeance d’une femme cherchant à tuer son mari.
  • Le prince charmant est infidèle, d’Ondine Khayat (E-book).
  • Les débutantes, J. Courtney Sullivan.
  • Les couleurs de l’espoir, de Julie Kibler.

Juillet 2016 :

  • Entre mes mains le bonheur se faufile, d’Agnès Martin-Lugand. Une femme qui se reconvertie dans la couture et est prise sous l’aile d’une grande créatrice.
  • Le liseur du 6h27, de Jean-Paul Didier Laurent. Un ouvrier qui récupère des pages de la broyeuse de l’usine à recycler le papier où il travail et les lit chaque matin dans les transports en communs.
  • Chagrin d’école, Daniel Pennac.
  • Orange is the New Black, de Piper Kerman. Le livre qui a inspiré la série de netflix, mais sans les superflux. Il est agréable de lire et de comparer à la série en se disant ah, ça c’est repris pareil, ça c’est tel personnage dans la série…
  • Juste avant le bonheur, d’Agnès Ledig. Une jeune mère célibataire qui va rencontrer un vieil homme qui l’invite à partager ses vacances avec leurs fils respectifs.
  • Les 1001 gaffes de l’ange gardien Ariel Arvinien, d’Arto Paasilinna.
  • L’accro au shopping a une sœur,  de Sophie Kinsiella
  • Des vies d’oiseaux de Véronique Ovaldé.
  • La grand-mère de Jade, Fédérique Deghalt. Une jeune fille qui kidnappe sa grand-mère pour lui offrir les derniers jours de vie qu’elle souhaite.

Août 2016 :

  • Le secret du mari, de Liane Moriarty. Une femme qui en faisant du ménage, découvre que son mari cache un secret depuis des années, une autre qui découvre que son mari la trompe avec sa sœur… plusieurs familles d’une ville d’Australie interconnectées dans ce livre.
  • L’immeuble des femmes qui ont renoncés aux hommes, de Karine Lambert (E-book). Je crois que tout est dans le titre ;).

Septembre 2016 :

  • Elle s’appelait Sarah, de Tatianna de Rosnay. La encore j’avais vu le film, et je voulais voir le texte original.

D’octobre à début décembre 2016, j’ai relu tous les tomes d’Harry Potter ainsi que le dernier, Harry Potter et l’enfant maudit.

Décembre 2016 :

  • 10 minutes par jour, de Chiara Gamberale (e-book).
  • Ensemble, c’est tout, d’Anna Gavalda. Idem, j’ai vu le film sur Netflix, j’ai donc lu le livre 😀
  • Le vieux qui déjeunait seul, Léa Wiazemsky (E-book). Une amitié qui se créé entre un habitué d’un restaurant et une serveuse qui a l’âge d’être sa petite fille.
  • Une lettre de vous, de Jessica Brockmole (E-book). Une jeune fille qui ne connait pas son père et l’histoire de sa mère avant sa naissance et se pose des questions suite à la découverte d’une lettre mystérieuse. Des échanges de lettres au moment de la 1ère guerre mondiale et lors de la seconde guerre

Ma recherche de maison – Episode 5

Finalement, pas de suite des travaux au fur et à mesure ;).

Le chantier a commencé en mars 2017, tout a été assez rapide. En une semaine le terrassement a été fait, les fondations coulées. Le temps de séchage et les murs se montaient, en mai la maison était hors air, hors eau.

Juin les placos se sont faits, début juillet c’était fini puisque ma mère était présente et les peintres étaient la pour faire les bandes sur les placos.

J’étais à Metz alors pour les vacances, quand le conducteur de travaux m’avait annoncé qu’il était possible que la livraison ait lieu début août avant les vacances dans le monde du BTP. Finalement, une porte avait été livrée dans le mauvais sens, et je ne voulais pas changer le sens d’ouverture de la porte du cellier, il a donc fallu attendre septembre. Mais j’ai pu avoir les clefs pour le mois d’août, ce qui m’a permis de faire mes peintures et poser les sols dans les chambres pendant trois semaines et tout cela sans que le travail n’ait repris. En plus cela fût fort sympathique, car la maison ne disposait pas d’électricité, le RDV pour la pose de Linky était prévu le lundi de la dernière semaine, et Engie est venu le vendredi matin quand je terminais les travaux… mais aussi sans eau, car la première semaine le WC et la baignoire n’étaient pas installés, c’était fort sympathique de travailler dans ces condiions. Et même quand cela a été installé, l’eau ne coulait pas (je pense que c’était fermé au niveau du compteur principal dans la rue et je n’ai pas pensé à aller jusque la pour mettre l’eau…).

Mais tout s’est bien terminé, la livraison a eu lieu le 6 septembre, le chauffage et l’eau chaude le 20 septembre le temps qu’Engie Home viennent faire la mise en service de la PAC et que le RDV avait été pris avant que je connaisse mon emploi du temps, je pouvais donc garantir uniquement les rendez-vous le mercredi après-midi.

Et j’ai emmenagé le 23 septembre dans ma petite maison, libérant ainsi l’appartement plus tôt que prévu dans le préavis, mais je voulais tourner la page rapidement, surtout que cela faisait plus d’un an que je préparais mes cartons pour ma maison.

Aux vacances de la toussaint, la cuisine est arrivée de quoi me permettre de cuisiner à nouveau correctement (même si j’arrivais à me débrouiller avec le cookéo, le cook’in qui a depuis laissé place au thermomix et à mon micro-onde multi-fonction, dont le crisp est bien pratique :)).

Il me reste maintenant à faire des travaux dans le jardin, mais cela se fera petit à petit, le potager est déjà prêt ;).

Je ne regrette pas d’avoir passé ces mois à gérer la paperasse administrative, surveiller les avancées des travaux et même la coupure d’internet de quasiment un mois, car je suis au calme, je peux voir des écureuils devant ma fenêtre, j’ai vu sur les champs et je n’entend plus le voisin quand il éternue ou quand il se douche.

Voici quelques photos de mon chez moi.

Ma recherche de maison – Episode 4

Voilà enfin le dénouement de la recherche.

J’ai donc fini par décider de me lancer dans la construction d’une maison neuve, les maisons que j’avais visité ne me plaisaient pas ou comportaient des travaux…

J’ai fini par notifier au maire que je souhaitais acquérir la dernière parcelle de 749m², et à peine une semaine après sa venue, le commercial de Babeau-Seguin est revenu chez moi pour me faire signer les documents pour la maison.

L’histoire n’est pas terminée, puisqu’il y a eu plein de péripéties et que la construction a commencé en février 2017, je vais donc vous expliquer tout cela.

Après la signature, il m’a fallu regrouper les divers documents pour ma banque, mais sans la demande de permis de construire, je ne pouvais pas terminer de constituer le dossier. Permis de construire qui a été déposé à la mairie mi-septembre 2016 car avec l’été, le dossier a pris du temps (et ce n’est pas faute d’avoir commencé au mois de mai !) Il a fallu attendre mi-novembre pour avoir le document validant mon permis de construire. Sésame permettant de débloquer l’argent.

J’ai donc repris contact à ce moment-là avec le notaire, mais cela a traîné également, je n’ai signé que le 11 janvier pour mon terrain. J’avais régulièrement le maire au téléphone qui s’inquiétait de ne pas signer, et je l’ai rassuré du mieux que j’ai pu, maintenant c’est bon.

Le 7 décembre 2016, j’ai eu le rendez-vous à Dijon chez Babeau Seguin afin de choisir l’emplacement des prises, radiateurs, des modifications à effectuer, des fenêtres, portes, clanches, couleur, carrelage…  J’ai eu mon beau panneau à mettre sur mon terrain. J’avais vu avec la mairie qui m’avait autorisé à l’afficher sur le terrain même si je n’étais pas encore propriétaire. Je l’ai posé le 14 décembre, le 14 février les travaux pouvaient commencer.

A suivre, les travaux de la maison au fur et à mesure.

 

Ma recherche de maison – Episode 3

IMG_20160418_153741.jpgAux vacances d’avril dernier, après avoir visité quelques maisons, j’ai aussi eu un rendez-vous avec un constructeur suite à une annonce Leboncoin. Le prix était correct et j’ai donc appelé.

Le commercial m’a expliqué que le terrain appartenait à la mairie de ma commune et qu’il fallait donc que je me renseigne auprès du Maire. Chose que j’ai fait et il ne restait plus qu’une parcelle de 749m², les autres étant encore plus grandes.

Le commercial est venu à la maison me montrer le plan qui m’intéressait, m’expliquer les démarches, le fonctionnement. Il m’a expliqué qu’il se déplacerait à chaque fois pour me faire signer les papiers qu’il n’y aura qu’une seule fois que je devrais descendre à Dijon afin de faire le choix de la maison.

Il m’a laissé alors le temps de faire mon choix et est reparti en me laissant un devis.

Avec le maire, j’ai pu voir les terrains de disponible et m’a indiqué la procédure pour en acquérir un si je le souhaitais.

J’ai contacté d’autre constructeurs, un à partir d’une annonce Leboncoin également, mais le tarif était plus important et la maison était hors eau hors air uniquement… j’ai donc annulé le rendez-vous que j’avais pris avec car cela ne m’intéressait pas et pour avoir une maison en état d’y vivre, il fallait rajouter une somme que je n’aurais pas pu assumer. Un autre constructeur a refusé de se déplacer et je ne voulais pas me déplacer à Dijon systématiquement, surtout lorsqu’il n’y avait que des documents à signer…

La suite dans l’épisode 4, pour savoir quel a été le dénouement de tout cela.

Ma recherche de maison – Episode 2

J’avais commencé l’an passé à vous parler de ma recherche de maison, j’avais préparé même l’article que voilà, mais je ne l’avais pas publié. Cela est chose faite maintenant et je continuerais à vous relater mes recherches et mes avancées.

Continuons avec la seconde agence. Deux visites de maisons prévues avec elle, bon j’aurais pu faire l’une d’entre elle avec l’autre agence qui avait également ce bien dans ses papiers, mais on ne me l’a pas proposé (alors que dans mon budget et à proximité).

Toutes deux se situent à une dizaine de kilomètres ce n’est pas trop loin.

La première se trouve dans un petit village, assez sympathique même la route n’est pas très monotone. Elle est pas mal, surtout avec un grand jardin à l’arrière fermé, un autre devant donnant sur la rue (plus de la décoration en fait car ce n’est pas la ou j’irais faire bronzette du coup). Il y a une terrasse, un auvent, un barbecue pas mal pour faire la fête avec les collègue surtout quand il fait beau. Même l’intérieur, à par le fait qu’il faille rafraîchir un peu peut être bien. Ce qui me dérange se sont les chambres mansardées en enfilades, du coup il y en a une qui perd de son intimité, le fait aussi que le garage initial de la maison a été supprimé pour en faire la chaufferie (au fioul youpi, mais la c’est une cuve emmurée je n’ai pas vu un gros machin en plastique ;)) et pour faire la lessive ça se passe la aussi, mais pas d’accès direct depuis l’intérieur du coup il faut sortir avec son linge à chaque fois pour le laver. Je ne le faisais pas quand je vivais à Munich et lavais tout à la main dans ma douche, alors la même si je n’ai pas 12 étages à descendre, je ne le ferais quand même pas plus. A moins de transformer la pièce en travaux au rez-de-chaussé donnant sur la terrasse pour y mettre le lave-linge (beaucoup plus pratique).

La seconde, un grand terrain mais mal réparti, pas entretenu, une maison avec plein de pièces, mais beaucoup de travaux aussi, car il y a des pièces qui ont été refaites, mais des dépendances attenantes et communicant avec la maison qui ne le sont pas. En plus les chambres sont assez mal faites, il y en a une les escaliers sont tellement raide que je trouve cela hyper dangereux, même la dame qui m’a fait visiter était d’accord sur le fait que la maison n’était pas pour moi.

Parmi toutes les maison que j’ai vu en 2 jours (soit 5 au total), seule une pourrait faire l’affaire, en aménageant à mes goûts et en modifiant un peu (voir pour enlever le fioul hein), mais c’est vrai que comme ce n’est pas dans ma commune cela m’embête du coup car même si les kilomètres ne me font pas peur, je n’ai pas envie d’être tributaire de ma voiture tout le temps et le jour où j’aurais des enfants si j’ai encore cette maison cela voudra dire voiture pour les emmener à droite et à gauche, alors que si je reste ou je suis ils peuvent faire plein de chose tout seul.

Le feeling aussi avec les deux agents n’était pas le même et ai préféré le contact de la seconde bien plus chaleureux, qui dis les choses clairement et donne son avis. En plus elle a dit qu’elle me recontacterait si elle avait quelque chose qui pourrait me correspondre dans les jours à venir. L’autre ne m’a rien dit après les visites. Attendons maintenant de voir pour le neuf (qui j’avoue me fait un peu peur aussi, et je me dit que malgré les 4 étages, j’aime mon appartement qui est spacieux et ça je n’ai pas encore trouvé une maison avec un beau salon/salle à manger.)

Ma recherche de maison – Episode 1

Il y a 3 semaines, j’ai été démarché par une banque de ma ville, la banquière faisait du pote à porte pour essayer d’avoir plus de client. J’ai accepté de prendre RDV avec elle ne serait-ce que pour avoir un ordre d’idée pour un prêt immobilier, l’idée germant dans ma tête depuis un moment. Je n’osais pas passer à l’acte, attendant de pouvoir utiliser mon PEL.Mais elle m’a dit qu’actuellement le prêt immobilier était plus avantageux que le PEL, ce qui m’a décidé à passer le cap.

Deux jours plus tard, me voilà dans son bureau afin de me faire une estimation de prêt. Elle me parle également de la banque des avantages avec le compte courant, certes moins cher en frais que la mienne, mais une fois que j’aurais 28 ans, on reviendra au même.

Je la quitte en indiquant que je vais réfléchir à tout cela à tête reposée. Mais avec une idée de prix pour l’achat d’un bien. J’en profite alors pour commencer le tour des agences de ma commune avec cette somme approximative. On me montre des maisons, je prend RDV pour les visites lors de ma seconde semaine de vacances me laissant le temps également de voir ma banque entre temps.

Je vais donc voir ma banque qui me reçoit, étudie mon cas me pose des questions, me fait des propositions pour 20 ans, 25 ans. Parfait, j’ai la possibilité d’avoir plus que la première, les coûts sont quasi identiques et même moins élevés à ma banque. (Taux plus avantageux, mais assurance un peu plus élevée mais elle gagne sur le total, je sais qu’après il est possible de prendre l’assurance ailleurs mais la première banque a un fonctionnement assez particulier, déjà lors de mon emménagement, on m’avait parlé d’un prêt à taux 0, mais la mienne était plus avantageuse pour moi également sur un taux 0 !).

J’en profite, même loin, pour me tenir à jour sur les offres disponibles et trouve des annonces pour du neuf, ce qui commence à me faire douter d’acheter dans l’ancien car pour quasi le même prix je peux avoir quelque chose qui sera à mon goût, et moins énergivore (je ne veux pas de chauffage électrique, ni de fuel, un garage, une baignoire, un jardin, et dans ma ville et pas ailleurs pour ne pas prendre ma voiture pour aller bosser , la fille pas chiante). Du coup le neuf permet d’avoir toutes les conditions réunies.

J’ai visité lundi le lotissement proposant des terrains viabilisés pour la maison, certaines sont déjà terminées depuis un moment, mais j’ai trouvé un lot qui me plait. Je me suis laissée un délai de réflexion, ne serait-ce que voir les premières maisons pour me faire une idée de la chose.

Cet après-midi, 4 visites étaient prévues, en arrivant j’ai eu la mauvaise nouvelle d’apprendre que la maison qui me plaisait le plus sur photo avait été vendue dès mon départ de l’agence il y a de cela 10 jours. L’après-midi commençait bien.

1ère maison : 17km de mon lieu de travail, un petit village. Trop de km à mon goût, une maison avec trop d’escalier, je veux quitter mon 4ème étage, ce n’est pas pour avoir une maison qui s’étale sur 4 niveaux ! (c’est des demi-niveaux à chaque fois donc ça fait du 2 étages, mais bon ce n’est pas une raison). Un petit jardin, un garage à côté de la maison et pas inclus un peu comme actuellement avec mon appartement youpi. La visite n’est pas concluante.

2ème maison : 10km de distance, ça passe à la rigueur, des pièces rénovées, mais une cuisine, une chambre à faire, la porte de la grange à changer pour y mettre ma voiture, un accès au jardin par la cave et non par la maison : pas très pratique… En plus, dès l’arrivée le mot d’ordre est donné : une statue de la vierge, une croix dans la courette devant la maison, on en retrouve encore dedans, j’étais assez mal à l’aise. Les travaux ne me font pas peur, mais la maison est à la limite de mon budget donc ce ne sera pas de suite, et un joli chauffage au fuel avec un gros bidon en plastique pour conteneur ça me fait peur.

3ème maison : dans ma ville : le pied, deux entrées différentes, un étage avec salle de bain (à refaire), une cuisine (à créer), des tapisseries à revoir. UN garage, yeah, mais en sous sol et pas d’accès direct à la maison obligé de descendre par l’extérieur. Peu de jardin pour faire un potager et surtout un chien qui n’arrête pas de japper à côté (je le croise à chaque fois que je vais travailler et l’entend surtout quand il est dehors) du coup avec Sweety ce n’est pas possible.

Résultat : rien de satisfaisant, rien d’autre ne m’a été proposé, sur le site je n’ai rien trouvé qui ne soit pas déjà vendu, du coup dès mon retour j’ai appelé pour le terrain et indiquer le lot qui m’intéressait. (D’autant que je pourrais continuer d’aller travailler à pied héhé)

Demain, visite  de deux autres maisons avec une autre agence, mais ne fois encore en dehors de ma commune…

A suivre…